L’ Observateur

Articles d’intérêt


Les investissements privés comme l'immobilier et le capital-investissement offrent de grandes possibilités pour les investissements ESG

 
Par Tania Caceres, directrice, Risk Nexus 
Catherine Ann Marshall, CFA, M.A., consultante principale, RealAlts
 
ESG.jpg

Ce fut un moment de fierté pour la vice-présidente de l'investissement responsable d'AIMCo lorsqu'elle a appris qu'une société ferroviaire du portefeuille d'infrastructures d'AIMCo venait de lancer le premier train à émissions zéro du Royaume-Uni. "Le rail est fondamental pour permettre la transition vers une économie à faible émission de carbone", a déclaré Alison Schneider en expliquant que l'argument économique en faveur de l'investissement dans les infrastructures durables ne fait que se renforcer.

Mme Schneider, qui dirige l'investissement responsable pour AIMCo, un gestionnaire d'actifs de 119 milliards de dollars, a déclaré que l'analyse de rentabilité pour les infrastructures durables est basée sur un triple résultat : la croissance économique, les indicateurs de qualité de vie et la résilience climatique. 

L'aspect croissance économique des infrastructures n'est pas une surprise. La plupart des investisseurs apprécient les rendements attrayants à long terme ajustés au risque des infrastructures, ainsi que les avantages associés à la diversification du portefeuille et à la protection contre l'inflation. 

En outre, les investisseurs qui connaissent les objectifs de développement durable des Nations unies savent que des infrastructures résilientes figurent parmi les 17 indicateurs de qualité de vie.

Mais la contribution des infrastructures à la résilience climatique - comme l'illustre l'investissement de l'AIMCo dans la société de leasing ferroviaire Porterbrook, basée au Royaume-Uni - pourrait être une nouvelle pour certains investisseurs qui considèrent principalement les actions comme la voie à suivre pour réduire les émissions du portefeuille. Porterbrook soutient le "E" du programme ESG de l'AIMCo en décarbonisant son matériel roulant. 

En fait, Porterbrook répond aux critères d'un investissement ESG bien équilibré. Elle soutient également le "E" en réutilisant et en recyclant des wagons de chemin de fer mis hors service et soutient le "S" en fournissant un transport public vital aux villes et villages du Royaume-Uni.

Le rapport comme catalyseur

Le rôle des rapports ESG spécifiques aux classes d'actifs en tant que catalyseur de l'investissement durable est devenu plus clair à mesure que Mme Schneider poursuivait : "Les rapports de durabilité spécifiques aux infrastructures sont arrivés plus tard que l'immobilier et les actions en raison de la complexité de la classe d'actifs", car le défi consistait à trouver des points communs entre de nombreux types d'investissements dans un portefeuille d'infrastructures typique. "Contrairement à l'immobilier où un bâtiment est facilement comparable à un autre, la difficulté était de trouver des mesures comparables entre des sous-secteurs très différents, comme pour un pont, un aéroport et un port, même si tous sont axés sur le transport", a-t-elle déclaré.

Mme Schneider est dans une position unique pour comprendre l'importance du reporting ESG dans le domaine des infrastructures, car elle a joué un rôle de premier plan dans l'introduction du GRESB (anciennement connu sous le nom de Global Real Estate Reporting Benchmark), un cadre de reporting mondial, dans la catégorie des actifs.  L'élan a commencé lors d'une discussion fortuite avec un associé du secteur, et a rapidement fait boule de neige. En peu de temps, Mme Schneider présidait un comité de grands propriétaires d'actifs mondiaux partageant les mêmes idées, qui souhaitaient tous un format de rapport sur la durabilité des infrastructures qui soit à la fois matériel, quantitatif et spécifique.

Le GRESB Infrastructure a été lancé en 2015 et continue d'augmenter le nombre de ses actifs et de ses participations aux fonds.  Son système de notation aide les gestionnaires d'investissements tiers à comparer leurs performances d'une année sur l'autre ainsi que leur rang par rapport à leurs pairs mondiaux, ce qui crée une boucle de rétroaction vertueuse entre les résultats et la mise en œuvre des principes ESG par les actifs, a déclaré Mme Schneider.

Il n'est peut-être pas surprenant que cette boucle de rétroaction vertueuse s'applique à Porterbrook. La compagnie ferroviaire a obtenu la meilleure note attribuée par le GRESB - 5 étoiles - et se classe deuxième dans son groupe de pairs pour les infrastructures.  Selon Mme Schneider, l'entreprise a désormais pour objectif d'être numéro un.

Jeff Pentland, directeur général de la société Northleaf Capital Partners, basée à Toronto, convient que la communication d'informations a été l'un des principaux moteurs des programmes ESG relatifs aux actifs privés.  En tant que gestionnaire de fonds d'investissement, d'infrastructures et de crédit privé pour le compte de grands propriétaires d'actifs institutionnels, Northleaf estime que les Principes pour l'investissement responsable (PRI) ont contribué à intégrer les actifs privés dans les investissements ESG classiques.

"Une fois que les grands investisseurs en capital-investissement du monde entier ont souscrit aux PRI, l'investissement responsable a gagné en visibilité", a déclaré M. Pentland. Il a expliqué que les membres fondateurs des PRI étant de grands propriétaires d'actifs ayant des programmes d'investissement actifs sur le marché privé, leur participation a été un catalyseur pour l'adhésion de leurs gestionnaires d'investissement.
 
Le programme ESG de Northleaf a été une évolution. Elle a adopté sa politique d'investissement responsable en 2011, son adhésion aux PRI en 2016, et son soutien public à la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) en 2019. Devenir supporter de la TCFD a été un "double-clic" sur l'environnement à nos yeux", a déclaré M. Pentland.
 
Il a décrit l'investissement ESG comme "une adéquation parfaite avec l'investissement du marché privé". En particulier, le processus TCFD encourage la prise en compte des risques et opportunités climatiques importants, ce qui amène les équipes d'investissement à faire "exactement le genre de choses auxquelles tout investisseur à long terme devrait prêter attention et qu'il devrait comprendre".  Je dirais que si un investisseur des marchés privés ne prête pas attention à ces choses, il passe à côté", a-t-il déclaré.

Le contrôle est la clé

L'un des principaux attraits de l'ESG dans les actifs privés est simplement le fait que les investisseurs peuvent lancer et diriger des programmes de durabilité lorsqu'ils possèdent les actifs. Il s'agit d'un facteur de différenciation essentiel entre les investissements privés et les actions publiques.  Dans ce dernier cas, même les grands investisseurs n'ont aucun contrôle sur la gestion d'une entreprise publique et ne peuvent que faire des suggestions aux dirigeants en matière de durabilité.

Toutefois, M. Pentland a souligné que cet avantage dépend de la position de contrôle de l'investisseur dans l'actif privé. Certains des investissements de Northleaf dans le capital-investissement impliquent des investissements dans des fonds où il n'y a pas de contrôle direct.  Mais les fonds d'infrastructure de Northleaf investissent directement dans des actifs et fournissent de nombreux exemples de prise de décision en matière d'ESG. Parmi ceux-ci, on peut citer:

 
  • Énergie renouvelable (environnementale) : Northleaf estime que l'énergie renouvelable est une grande opportunité d'investissement. Son expertise dans le domaine de l'énergie éolienne et solaire produite de façon intermittente lui a permis de voir l'opportunité de diriger des capitaux vers l'énergie géothermique produite en permanence comme une stratégie d'investissement de niche.
  • Santé et sécurité (sociale) : Northleaf a toujours veillé à ce que la santé et la sécurité au travail soient une priorité pour ses actifs et pour les conseils d'administration qui les supervisent.
  • Cybersécurité (gouvernance) : La société Northleaf s'attache à garantir la confidentialité des données. Dans un cas, elle a apporté des changements pour protéger la confidentialité des informations des utilisateurs sur les consommateurs après avoir acheté une participation dans une route à péage.
 
Une vision à long terme

Mme Schneider convient que l'aspect contrôle de l'investissement privé est un facteur clé de différenciation. Elle a déclaré qu'en prenant des décisions de gestion dans une perspective d'investissement à long terme, l'argument économique en faveur de la durabilité devient plus convaincant dans les actifs privés qu'il ne l'est dans l'investissement public en actions. 

"C'est plus fort parce que la période de détention prévue est plus longue et que les bénéfices qui proviennent de l'investissement durable dans les actifs privés reviennent au fonds pendant très longtemps", a-t-elle expliqué. "L'impact est bien plus important que celui des actions".

Northleaf a également fait l'expérience des avantages d'une réflexion à long terme. "L'ESG est également une adéquation naturelle pour les investissements du marché privé car dans de nombreux cas, nous investissons à long terme - nous prenons des engagements pour 10-12 ans ou plus - et dans des classes d'actifs relativement peu liquides".

À titre d'exemple, M. Pentland a évoqué les risques à long terme identifiés lors de l'acquisition potentielle d'un terminal de stockage de liquides dans le port européen de Gand.  Comme il s'agissait d'un investissement à long terme, un risque clé qui a été évalué était le potentiel d'élévation du niveau de la mer. Une fois qu'il a été déterminé que le risque était couvert par le programme d'atténuation du port, le risque suivant que l'équipe d'investissement a examiné était le risque politique d'une baisse de la demande de stockage de combustibles fossiles à l'avenir. L'équipe a déterminé que le stockage était suffisamment flexible pour contenir les biocarburants à l'avenir et l'investissement a été réalisé.

M. Pentland a résumé la situation : "Afin d'être un bon fiduciaire et d'obtenir des rendements, nous devons penser aux facteurs ESG".

Tania-Caceres_pic_2.jpg Tania Caceres, directrice, Risk Nexus 

Tania Caceres est une gestionnaire de risques professionnels et une stratège d'intégration ESG basée à Toronto. Après avoir poursuivi des études en commerce et en droit, elle a commencé sa carrière dans l'immobilier chez Lehndorff en 1994. Elle a ensuite rejoint Dorchester Oaks et Canadian Real Estate Investment Trust (CREIT) en 1997, où elle a fait partie d'une petite équipe qui a contribué à la création de la première société de placement immobilier du Canada. Tania a rejoint Emerald Realty en 2003 pour aider au lancement de ce qui est aujourd'hui Triovest Realty, et y a occupé plusieurs postes de direction jusqu'en 2014, notamment celui de vice-présidente de la gestion des risques et de chef de la pratique des services immobiliers intégrés. En 2014, Tania a lancé Risk Nexus, une société de conseil et de gestion des risques. Sa société conseille des investisseurs institutionnels et privés ainsi que des gestionnaires d'actifs au Canada, aux États-Unis et en Europe. Largement reconnue comme une innovatrice de l'industrie et un leader d'opinion en matière de durabilité, de risque climatique, de résilience opérationnelle et de gouvernance, Tania a été honorée par le Canada's Clean 50 pour sa contribution au capitalisme propre, à la durabilité et à l'intégration des facteurs ESG dans l'immobilier. Tania est un membre fondateur du réseau ARISE de l'UNISDR au Canada. Elle est titulaire d'un CRM, d'une certification en gestion des risques de l'Université de Toronto et a récemment complété les exigences de certification du GARP en matière de durabilité et de risque climatique (SCR).


Catherine-Marshall_pic.jpg Catherine Ann Marshall, CFA, M.A., consultante principale, RealAlts
 
Catherine Ann Marshall est une consultante en investissement spécialisée dans les actifs privés. Son travail de conseil comprend l'intégration des facteurs ESG et la stratégie TCFD dans l'immobilier, la dette privée et l'agriculture. Depuis 2008, Catherine a mené des missions de conseil pour un large éventail de grands propriétaires d'actifs et de gestionnaires d'investissements canadiens et internationaux, soit en tant que consultante indépendante, soit en tant qu'associée, Global Real Estate, Aon Investment Consulting.  Avant sa carrière de consultante, Catherine a été directrice de la recherche et de la stratégie, Immobilier, à l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada (OIRPC) ; première vice-présidente et stratège mondiale à LaSalle Investment Management ; gestionnaire de portefeuille associée à Genus Capital Management ; et gestionnaire de portefeuille adjointe à la British Columbia Investment Management Corporation (BCI). 

Catherine a été présidente du comité de gestion des risques et des investissements alternatifs de la CFA Society Toronto, membre exécutif et trésorière du Conseil du bâtiment durable du Canada pour le Grand Toronto. Elle est la chroniqueuse ESG du groupe d'experts du Canadian Investment Review et intervient fréquemment lors de conférences sur l'investissement institutionnel.  Elle est titulaire de la désignation CFA, est une professionnelle certifiée en matière de durabilité et de risque climatique (GARP), a un diplôme de premier cycle en économie et en études urbaines de l'université Queen's et une maîtrise en économie et en finances de l'université Simon Fraser.